Facultés de Pharmacie en France

Il existe 24 facultés de Pharmacie en France, chacune rattachée à une Université. Pour le premier et le deuxième cycles, les enseignements relèvent de programmes communs et sont donc relativement uniformes. Il n’en est pas de même dans le 3ème cycle, où chaque faculté peut proposer des enseignements qui lui sont spécifiques.

Les 24 facultés de Pharmacie françaises sont regroupées à l’intérieur de sept inter -régions. Il est utile de connaître ces regroupements, car les inscriptions et les affectations ont lieu par inter-région.

Etudes Pharmaceutique en France

Les études de pharmacie permettent d’acquérir une formation scientifique et professionnelle de haut niveau. Les études de pharmacie sont organisées en 6 années.

Le caractère pluridisciplinaire des études pharmaceutiques peut préparer les diplômés à exercer dans des domaines variés :

– pharmacie d’officine

– pharmacie de répartition

– services hospitaliers (pharmacie, biologie, pharmacovigilance, pharmacologie, etc.)

– biologie médicale

– pharmacie industrielle (recherche, assurance qualité, production, administration etc.)

– industries diverses (alimentation, cosmétique, chimie etc.)

– contrôle de l’environnement (contrôle des eaux, alimentaires etc.)

– enseignement

– organismes de recherche publics ou privés

– services administratifs de santé publique

– organisations internationales, ONG (projets santé dans les pays en développement).

Le régime des études en vue du diplôme d’État de docteur en pharmacie est fixé par l’arrêté du 17 juillet 1987 modifié en 1992, 1994, 1999, et par l’arrêté du 20 mai 1998, publié au Journal Officiel du 3 juin 1998.

Les candidats au diplôme d’État de docteur en pharmacie doivent être titulaires :

– du diplôme de bachelier de l’enseignement du second degré

– ou d’un titre français admis en dispense de ce diplôme en vertu d’une réglementation nationale

– ou d’un titre étranger sanctionnant une formation d’un niveau équivalent

L’admission peut aussi se faire sur la base d’une reconnaissance des acquis conformément aux dispositions du décret du 23 août 1985.

Les enseignements conduisant au diplôme d’État de docteur en pharmacie sont obligatoires et doivent être validés. Ils comprennent des enseignements théoriques, pratiques, dirigés, des stages professionnels, une formation hospitalière et la soutenance d’une thèse.

La License 

La première année est sanctionnée par un concours qui permet le classement des candidats afin de tenir compte du numerus clausus qui limite le nombre de pharmaciens formés en France. Seuls les étudiants reçus à ce concours passent en deuxième année. Nul n’est autorisé à s’inscrire plus de deux fois en 1ère année.Le nombre de candidats admis en deuxième année dans chaque unité de formation et de recherche (UFR) est fixé par arrêté ministériel. L’organisation de l’enseignement est définie par chaque Université, après avis du conseil de l’UFR dispensant des formations pharmaceutiques.

– La formation commune de base

La formation commune de base (FCB) représente un volume horaire annuel compris entre 420 et 500 heures. Elle permet à l’étudiant d’acquérir l’ensemble des connaissances indispensables, quelle que soit son orientation ultérieure. Son programme est national. Les enseignements sont dispensés sous forme de cours théoriques, de travaux dirigés et de travaux pratiques qui ne commencent qu’à partir de la 2ème année.

En outre, un enseignement dont la durée globale ne peut être inférieure à 120 heures est organisé pour permettre aux étudiants d’acquérir la pratique d’une langue étrangère appliquée aux questions scientifiques

– Formation optionnelle

La formation optionnelle permet à l’étudiant d’approfondir ses connaissances de base dans les disciplines de son choix et le prépare à un exercice professionnel particulier ou à une carrière de recherche. Les enseignements sont organisés par unités de valeur d’au moins 80 heures. L’étudiant doit valider deux unités de valeur optionnelles au cours de la troisieme année, exceptionnellement à partir de la seconde année de licence. Il peut avec l’accord du responsable de l’enseignement s’inscrire aux certificats de la maîtrise de sciences biologiques et médicales (MSBM). La MSBM comporte trois certificats (C1, C2 et C3) de 100 heures d’enseignement, qui peuvent être pris en compte comme unités de valeur optionnelles.

– Formations facultatives

À partir de la deuxième année, les UFR peuvent proposer des formations facultatives (FF) qui permettent à l’étudiant d’approfondir ses connaissances dans un domaine de son choix. Cette formation est organisée et validée par éléments d’unités de valeur de 20 heures, et les points au-dessus de la moyenne peuvent être ajoutés à ceux acquis dans le cadre de la validation de l’année universitaire. L’étudiant peut demander à suivre des stages d’initiation à la recherche. L’étudiant doit consacrer au moins 150 heures dans l’année à des activités de recherche. La validation d’un stage d’initiation à la recherche peut remplacer un certificat de MSBM, donner à l’étudiant des points supplémentaires et le dispenser de certains enseignements sous certaines conditions. L’ancien « diplôme préparatoire à la recherche biomédicale » (DPRBm) a été supprimé depuis la rentrée 1999-2000.

– Stage officinal d’initiation

Un stage officinal d’initiation est effectué en deuxième année d’études. Il dure 6 semaines à temps complet. L’objectif de ce stage est d’initier l’étudiant à la dispensation des médicaments et indications thérapeutiques (posologie, conseils aux patients etc.), de lui donner une formation dans les domaines de la législation, de la reconnaissance des produits et des préparations officinales. Les titulaires du brevet de préparateur en pharmacie sont dispensés de ce stage. À titre exceptionnel, et dans des conditions précises, le stage peut être effectué dans une officine située à l’étranger.

Le Master – cycle « pharmacie générale »

– Cinquième année : année hospitalo-universitaire

Durant la cinquième année, les étudiants exercent des fonctions à l’hôpital et suivent en même temps un enseignement spécifique. L’objectif de cette année est de familiariser l’étudiant avec la prescription des médicaments et des analyses biologiques, de l’aider à résoudre les problèmes posés par le suivi thérapeutique et biologique et de lui permettre d’assurer ses fonctions professionnelles ultérieures d’information, de vigilance et de gestion.

– Les fonctions hospitalières, organisées de préférence par quadrimestres, sont assurées pour moitié dans des unités de soins et pour l’autre moitié dans les services de pharmacie et de biologie (soit au total 12 mois à mi-temps). Les étudiants peuvent, sur leur demande, être autorisés à effectuer une partie de leurs fonctions hospitalières, pour une durée n’excédant pas 6 mois, dans un hôpital hors de France. Dans ce cas l’agrément du directeur de l’UFR est indispensable. Les fonctions hospitalières de l’étudiant sont définies dans une convention établie entre l’hôpital et l’université de l’étudiant.

– Les enseignements sont organisés sous forme d’unités de valeur. Au début de la cinquième année, une formation de préparation à la prise de fonctions hospitalières est dispensée et doit être validée pour que l’étudiant effectue son stage hospitalier. Avant la fin du premier semestre, un enseignement de synthèse, d’une durée de 50 à 60 heures, doit permettre à l’étudiant de consolider l’ensemble de ses acquis. Cet enseignement est organisé essentiellement sous forme de travaux dirigés portant sur des cas concrets. L’étudiant choisit 2 ou 3 unités de valeur, en fonction de l’activité professionnelle à laquelle il se destine (officine, industrie, internat).

– Les étudiants titulaires d’une maîtrise en sciences biologiques et médicales (MSBM) peuvent être autorisés à s’inscrire en cinquième année à un diplôme d’études approfondies (DEA). L’année hospitalo-universitaire est alors reportée à l’année suivante.

– Sixième année

La sixième année comprend :

– Un enseignement de pratique professionnelle (stage) de 6 mois accompli à temps plein dans une officine ou un établissement industriel. Le stagiaire reçoit une indemnité mensuelle. Ce stage peut être effectué dans un établissement pharmaceutique situé hors de France, sous réserve de l’agrément de l’UFR, et après signature d’une convention entre l’établissement et l’université. Lorsque ce stage est effectué dans une officine située à l’étranger, il doit être complété par un stage d’au moins 3 mois dans une officine en France.

– Des enseignements théoriques et pratiques sous forme d’unités de valeur comportant au moins 80 heures d’enseignement. Durant l’année universitaire, l’étudiant doit valider une UV s’il en a validé 3 en cinquième année et 2 s’il n’en a validé que 2. Une UV peut être acquise par équivalence avec d’autres enseignements après autorisation du directeur de l’UFR.

– La préparation et la soutenance de la thèse en vue du diplôme d’État de docteur en pharmacie. Il s’agit d’un mémoire dactylographié rédigé en français dont le sujet approuvé par le directeur de l’UFR, est en rapport avec l’activité de l’étudiant au cours du stage hospitalier ou du stage professionnel. Elle est soutenue devant un jury comprenant au moins 3 membres, présidé par un enseignant habilité à diriger les recherches. Pour les internes en pharmacie, le mémoire d’un diplôme d’études spécialisées tient lieu, le cas échéant, de thèse en vue du diplôme d’État de docteur en pharmacie. Pour les internes en pharmacie de la filière de recherche médicale, la thèse prévue par l’arrêté du 5 juillet 1984 relatif aux études doctorales tient lieu de thèse en vue du diplôme d’État de docteur en pharmacie. Les internes qui abandonnent l’internat en cours de thèse doivent valider la sixième année de pharmacie.

L’obtention d’un DEA en cinquième année peut être admis en équivalence des enseignements de pratique professionnelle et des enseignements théoriques de sixième année avec l’accord du directeur de l’UFR. Les étudiants ont alors à accomplir leur stage hospitalo-universitaire et à soutenir leur thèse en vue de l’obtention du diplôme d’État de docteur en pharmacie.

Le Master – cycle « pharmacie spécialisée « 

Le cycle de « pharmacie spécialisée » comporte la 5ème année hospitalo-universitaire (la même que pour pharmacie générale) (AHU) et quatre années d’internat.

– Cinquième année : année hospitalo-universitaire

Se reporter au point 1-1 concernant le 3ème cycle de « pharmacie générale ».

– L’internat en pharmacie

Le régime de l’internat a été modifié par un décret et par un arrêté du 24 août 2009. Ce nouveau régime entrera en vigueur à compter de l’année universitaire 2002-2003.

Les étudiants ayant validé le deuxième cycle des études pharmaceutiques peuvent se présenter au concours de l’internat en pharmacie. Ceux ayant réussi le concours commenceront l’internat après une 5ème année hospitalo-universitaire.

Un concours d’internat en pharmacie a lieu chaque année au niveau national. (ECN = Examens Classement National)

Chaque étudiant peut concourir au titre de deux années parmi les trois années qui suivent celle pendant laquelle il a subi avec succès les épreuves sanctionnant la quatrième année des études pharmaceutiques.

Le programme du concours correspond à la formation commune de base.

Les internes sont des étudiants salariés.

Les internes optent suivant leur rang de classement, pour l’un des 4 diplômes d’études spécialisées (DES) suivants : – biologie médicale : commun aux médecins et aux pharmaciens, il est indispensable pour diriger un laboratoire d’analyses médicales – pharmacie hospitalière – pharmacie industrielle et biomédicale – pharmacie spécialisée.

Au cours de la 4ème année d’internat, l’interne soutient un mémoire de DES qui peut tenir lieu de thèse et lui conférer à la fois le DES et le diplôme d’État de docteur en pharmacie.

Les internes sont dispensés de l’un des 3 certificats de la MSBM. En fonction de leur classement, les internes peuvent bénéficier d’une année de recherche pour préparer un DEA.

Les internes peuvent également préparer après l’internat un diplôme d’études spécialisées complémentaires (DESC). C’est un diplôme national réservé aux titulaires d’un DES. Il permet à l’interne d’acquérir un complément de formation.

Pour plus d’informations, contacter le Centre National des Concours et Internats (CNCI), 45, rue des Saints Pères, 75270 Paris CEDEX 06. Tel : 01.44.50.26.76.